L'UE envisage des normes environnementales pour l'agriculture

De nouvelles perspectives pour le biogaz ? La Commission européenne va soumettre le versement des subventions agricoles à de nouvelles conditions écologiques. L'une de ces conditions pourrait être la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

De nouvelles perspectives pour le biogaz ? La Commission européenne va soumettre le versement des subventions agricoles à de nouvelles conditions écologiques. L'une de ces conditions pourrait être la réduction des émissions de gaz à effet de serre.
La Commission européenne propose que 30% des aides directes à l'agriculture soient conditionnées au respect de conditions en faveur d'une agriculture plus écologique et plus durable. D'après la proposition de la Commission, ces nouveaux critères viendraient s'ajouter au système de conditionnalité.

Cette proposition s'inscrit dans la proposition de la Commission pour le cadre financier pluriannuel 2014-2020, rendue publique le 29 juin. Les commissaires indiquent que les nouvelles exigences pour l'agriculture peuvent, par exemple, porter sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre provenant des engrais chimiques et des déjections animales.

Le biogaz peut être une solution

Biogasnyt a rencontré Kristian Ruby, assistant de la commissaire à l'environnement Connie Hedegaard. Nous lui avons demandé si la méthanisation des déjections animales constitue une possibilité en cas d'adoption des nouvelles exigences dans le système communautaire.

- Oui, répond Kristian Ruby. - Les engrais chimiques posent plus de problèmes. Il s'agit avant tout de produits énergivores. Nous devons également faire face aux surplus de lisier qui sont à l'origine d'une partie des émissions. Si l'on pouvait changer les pratiques en la matière de façon à développer l'épandage et à réduire l'utilisation d'engrais chimiques, l'environnement s'en porterait mieux.

Le commissaire à l'agriculture, Dacian Ciolos, et ses collaborateurs doivent désormais formuler une proposition détaillant les conditions que l'agriculture devra remplir pour atteindre l'objectif de réduire de 30% les émissions de l'agriculture. Cette proposition doit être rendue publique au cours de la deuxième semaine d'octobre.

- Ce n'est que lorsque le commissaire à l'agriculture communiquera sa proposition que nous verrons ses ambitions et le nombre de nouvelles exigences vis-à-vis des agriculteurs, explique Kristian Ruby.

Le porte-parole du commissaire, Roger Waite, ne souhaite pas discuter de la présence ou non d'une mesure de réduction des émissions liées au lisier dans les nouvelles exigences pour l'agriculture. En effet, la proposition n'est pas encore définitive et ses modalités sont toujours en cours de discussion.

D'importantes possibilités de réduction

Il ne fait aucun doute que la méthanisation des déjections des animaux d'élevage sera un outil efficace en cas d'adoption des nouvelles exigences. Voici le message que souhaite faire passer Jørgen Ballermann, directeur général de Xergi.

- La technologie biogaz permet de réduire les émissions, de méthane en particulier, liées à l'élevage. Le méthane est un puissant gaz à effet de serre, et la méthanisation des déjections animales permet d'éviter la libération du méthane dans l'atmosphère. Dans le même temps, le méthane est exploité pour produire de l'énergie en se passant des combustibles fossiles, explique Jørgen Ballermann.

Mais ce n'est pas tout. La biomasse débarrassée du méthane constitue en effet un meilleur engrais que le lisier non traité.

- Le produit traité permet donc de se passer d'engrais chimiques, qui causent d'importantes émissions de gaz à effet de serre, déclare Jørgen Ballermann.

Meilleure exploitation des ressources et hausse des exportations

- Avec cette proposition, l'agriculture européenne pourra optimiser son exploitation des ressources et la filière biogaz bénéficiera d'une meilleure plateforme en tant que nouveau pôle européen d'exportation, dit-il.

Mais il y a encore du chemin à faire avant la proposition de budget 2014-2020 de la Commission. Une proposition plus détaillée sera publiée en octobre. Ce sera alors au Parlement européen et aux ministres des États membres de décider si cette proposition doit être adoptée, un processus qui devrait durer jusqu'en 2013.

Contact :

Xergi A/S, Jørgen Ballermann, directeur général, tél. : +45 99 35 16 00, jba@xergi.com

La proposition du commissaire européen pour le cadre financier pluriannuel 2014-2020 peut être téléchargée ici