Une installation expérimentale renforce le développement des technologies biogaz

Lorsque Xergi lance de nouvelles technologies innovantes, celles-ci sont non seulement basées sur 25 ans d'expérience dans la construction d'installations au biogaz, mais elles ont également été testées dans le centre de recherches de l'entreprise. Xergi y teste également de nouveaux concepts pour ses clients.

Xergi vient de lancer son nouveau concept standard d'unité de méthanisation pour l'agriculture, la conception de l'unité est naturellement basée sur les 25 ans d'expérience de Xergi dans ce domaine. Mais les éléments centraux et les plus innovants ont également été testés dans la centrale expérimentale d' Xergi rattachée à la plus importante unité expérimentale biogaz au monde, près de la petite ville de Foulum, au Danemark.

Des déjections de poulets en autoclave

Le système de traitement NiX, d'Xergi, est en cours de tests. Il s'agit d'un autoclave, dans lequel on pratique un ajout de base, qui devrait permettre d'extraire l'azote des biomasses particulièrement riches en azote. Le procédé est breveté, et Xergi est copropriétaire des droits. Voici ce qu'en dit Anders Peter Jensen, responsable du service R&D chez Xergi :

« Nous venons de terminer un projet qui prouve que l'on peut produire une centrale biogaz fonctionnant uniquement avec des déjections de poulet et ne nécessitant que très peu d'eau, les biomasses dégazées étant réutilisées. Cela ouvre des perspectives très prometteuses pour Xergi, car les déjections sont de plus en plus problématiques pour les producteurs de volailles et d'œufs. »

« Le problème des déjections de poulet, c'est qu'elles sont très riches en azote, qui est toxique pour les bactéries méthanogènes. C'est pourquoi, nous utilisons le processus thermo-chimiqueen autoclave et ajout de base pour extraire l'azote de la biomasse avant son entrée dans le digesteur. L'azote est récupéré pour pouvoir être réutilisé comme engrais. De plus, l'autoclave augmente la production de gaz et permet de gérer une teneur en matière sèche plus élevée », explique-t-il.

Des essais pour les clients

Xergi utilise également son unité expérimentale au Danemark pour tester de nouveaux concepts en collaboration avec ses clients.

Nous attendons actuellement un camion de France, avec un échantillon de biomasse que nous allons tester pour un client. Nous allons mener des essais de fonctionnement avec cette biomasse pendant cinq mois. D'une part, nous voulons savoir si cette biomasse produit les volumes de gaz escomptés, et nous allons d'autre part examiner la qualité de la biomasse dégazée. Le but est naturellement d'étudier si le projet présente un intérêt commercial », annonce Anders Peter Jensen.