Quand les déchets alimentaires de Londres produisent du biogaz et des fertilisants

L’unité de méthanisation de Willen Biogas va permettre la valorisation durable des déchets organiques de Londres. Xergi ensemblier de l’unité de méthanisation assurera également, pour le compte de son client et pendant les deux prochaines années, l’exploitation du site.

La satisfaction était palpable lorsque Willen Biogas a réceptionné en mai dernier la nouvelle unité de méthanisation. L'unité qui valorise les déchets organiques de Londres tourne à plein régime et produit du biogaz et des fertilisants organiques.

Le projet s'est amorcé en août 2014 avec un calendrier précis permettant d’assurer la réalisation et la mise en service du projet dans les temps.

« Il faut dire que Xergi nous a fortement impressionné, entre autre avec l'engagement du chef de projet, dans la réalisation de l'installation. Nous avons senti qu'il en faisait presque une affaire personnelle et s'assurait que rien ne puisse compromettre notre objectif. L'équipe avec laquelle il travaillait avait une approche très pragmatique et ils ont été en mesure de tenir les échéances » relate Adrian Williams, l'un des investisseurs du projet.

 « Au final, le projet a avancé à un bon rythme et le temps imparti a été respecté. Nous avons même pu produire de l'électricité plus tôt que prévu, de même que le budget a été parfaitement respecté. Aucun doute là-dessus, nous aurons recours à Xergi et son équipe pour notre prochain projet de méthanisation » assure Adrian Williams.

L'unité de méthanisation a été construite dans la ferme Cattlegate Farm, non loin de Londres, qu’Adrian possède avec ses deux frères Howard et Brian Williams. Parmi les autres investisseurs, il faut compter Mark Lennon, ainsi que le Foresight Group qui gère deux fonds d'investissement ayant investi dans l'unité de méthanisation.

Les déchets transformés en énergie renouvelable et en fertilisants

Willen Biogas doit valoriser annuellement 25 000 tonnes de déchets des ménages, de restaurants, d'écoles, d'universités et de l'industrie alimentaire. Les déchets étaient jusque-là mis en décharge engendrant alors des gaz à effet de serre lors de leur décomposition.

L’unité de méthanisation se compose de plus étapes successives. C’est ainsi, qu’avant leur introduction dans la ligne de digestion, les déchets subissent des prétraitements en deux grandes étapes permettant la séparation des emballages et autres corps étrangers. La première consiste à retirer l'emballage et ensuite, la biomasse subit une nouvelle étape de prétraitement visant à séparer les petites particules plus fines et la fraction organique de la biomasse.

Enfin, les déchets organiques sont introduits dans l'unité de méthanisation générant du biogaz utilisé pour la production d'électricité renouvelable. Le procédé de méthanisation transforme en même temps les déchets en fertilisants organiques, aussi appelés digestats, dont la valorisation agricole se fait par les frères Williams sur leur ferme Cattlegate Farm et leur permet ainsi la substitution à des fertilisants chimiques.

La chaleur excédentaire est employée pour la concentration du digestat. La concentration du digestat engendre une baisse des coûts de transport et des émissions de CO2 associées. L'eau évaporée est condensée pour être recyclée sur l’unité de méthanisation et permet ainsi d’économiser au maximum sur la consommation en eau de l'unité.

Importante satisfaction chez Xergi

« Nous sommes heureux de voir que notre technologie peut contribuer à ce point à résoudre toute une série de défis- tant sur le plan climatique qu'environnemental – et en même temps, favoriser la production locale d'énergie et de fertilisants » constate le Directeur Général de Xergi, Jørgen Ballermann.

« Par la même occasion, nous remercions Willen Biogas pour l'excellente collaboration entre nos sociétés et nous sommes évidemment très fiers de la satisfaction de notre client. C'est pour nous, la preuve que nous disposons d'un concept performant aussi bien sur le plan de la conception, la construction que de la mise en service des unités de méthanisation multi-produits. Plus que tout, ce qui compte c’est la rapidité à laquelle nous atteignons les performances maximales des installations et la maîtrise de leurs coûts. C’est la clef de la satisfaction client » précise-t-il.

« La France devra se doter de plus d’unités de ce type pour répondre aux enjeux de valorisation de ses déchets organiques et de la production d’énergies renouvelables. On voit à travers cet exemple que la méthanisation est l’outil le plus efficient pour valoriser la matière organique issue des déchets en énergie en fertilisants organiques. Xergi a déjà construit en France des unités permettant la valorisation de biodéchets. A elles seules, ces unités de méthanisation produisent 26.000 MWh électriques annuels soit plus de 6.0 millions de mètres de cubes de méthane. Ces chiffres, certes encourageant, indiquent aussi qu’une marge de progression notable est possible si les engagements pris lors de la COP21 sont tenus » indique Guillaume LOIR, Directeur Exécutif de la filiale Xergi en France.